Comment développer son empathie ?

Par Julien JudePublié le 10 décembre 2018 dans Voyance en ligne plusieurs silhouettes de profil

L’empathie, cette capacité de pouvoir ressentir les émotions d’autrui est une des qualités principales d’un médium.

Pour la plupart d’entre eux, cette aptitude à comprendre l’état d’esprit d’une personne en captant son énergie et ce qu’elle éprouve au fond d’elle est un don naturel.

Si tout le monde ne possède pas dès le départ le don d’empathie, il n’est pas impossible de développer cette faculté en s’exerçant.

Quelques recherches menées au sujet de l’empathie

C’est le philosophe allemand du 18ème siècle, Robert Vischer, qui évoque pour la première fois en 1873 le terme d’empathie (einfühlung , « ressenti de l’intérieur ») en désignant l’émotion qui se dégage d’une œuvre d’art. On parle ici d’empathie artistique.

Le concept d’empathie fut l’objet de diverses études et le philosophe Théodore Lipps décide d’y consacrer la majeure partie de ses travaux.

En s’appuyant sur la philosophie de l’esprit, il mettra en évidence le processus selon lequel « un observateur se projette dans les objets qu’il perçoit ».
Cette théorie se modernisera pour laisser place à une définition plus moderne de l’empathie qui se base sur la transmission automatique des émotions d’un individu à un autre selon un langage corporel particulier.

D’autres philosophes tel que le célèbre Sigmund Freud mentionneront ce terme dans leurs travaux.

Durant le 20ème siècle, il apparaît dans les sciences humaines puis en psychanalyse.

L’américain Carl Rogers (1902-1987) a été le premier psychothérapeute à mettre en évidence le rôle de l’empathie dans la relation avec ses patients.

Travailler ses capacités empathiques

Bien que nous ne possédions pas tous le don d’hyperampathie, nous pouvons développer des qualités essentielles pour nous aider à ressentir les émotions d’autrui et ainsi mieux comprendre notre entourage.

Voici quelques points sur lesquels vous devez vous attarder :

• Avoir de l’estime de soi : il faut d’abord s’aimer soi-même avant de pouvoir aimer les autres. Pour cela nous devons nous connaitre, nous accepter, c’est la base de la confiance en soi ! Lorsque que l’on comprend ses émotions et qu’on sait les contrôler, on est plus apte à comprendre celles des autres et leur manière de fonctionner.

• Développer sa curiosité : il faut réellement s’intéresser aux autres et vraiment essayer de connaitre leur nature profonde, être attentif, poser des questions, montrer un réel intérêt pour les personnes qui vous entourent, les amener à parler de leurs sentiments sans tenter absolument de trouver des solutions à leurs problèmes.

• Savoir écouter et observer : après la curiosité qui vous pousse à vous intéresser à quelqu’un, l’écoute reste une qualité importante pour mieux comprendre la personne qui se trouve en face de vous. Cela permet de mieux connaitre votre interlocuteur, de comprendre ses réactions et son mode de fonctionnement.
L’empathie passe aussi beaucoup par l’observation du langage corporel et si cette capacité n’est pas instinctive chez vous, il va falloir la travailler : repérer les gestes, les mouvements du corps, les expressions du visage etc… Cela en dit long sur l’état d’esprit d’une personne.

• Faire preuve d’ouverture d’esprit : vous ne devez en aucun cas juger votre entourage mais plutôt essayer de faire preuve d’une certaine neutralité, ni dénoncer ni valider leur propos mais juste rester dans la compréhension de leurs actes.
Laissez derrière vous toute forme de préjugés : religieux, racial, social ou sexuel.

Pour développer vos « capteurs émotionnels » et votre hypersensibilité à éprouver les émotions des autres, entraînez-vous avec vos proches en essayant de vous intéresser davantage à ce qu’ils ressentent, essayez de deviner leurs émotions à travers de ce qu’ils vous renvoient, leurs gestes, leurs paroles, s’ils ont l’air calme ou un peu plus stressé. Soyez attentifs !