Interview de la médium Isabelle Tremblay

Par Julien JudePublié le 3 janvier 2019 dans Interviews

Médium, télépathe pratiquant l’écriture inspirée et la communication avec les défunts, Isabelle Tremblay a gentiment accepté de répondre à nos questions. Elle nous présente ses dons qu’elle possède depuis l’enfance et nous raconte le chemin parcouru pour assumer ses capacités. Découvrez à travers ce témoignage son livre Médium malgré moi !

Pour ceux qui vont vous découvrir dans cette interview, pourriez-vous nous décrire vos débuts dans la voyance, ce qui vous a amené à la pratiquer ?

Isabelle Tremblay : Enfant, je devinais beaucoup ce qui allait arriver, ou je lisais beaucoup dans l’énergie des gens, sans savoir que c’était de la voyance. Je n’avais pas conscience non plus de ma médiumnité et de ma capacité à ressentir les défunts ou les êtres de lumière. Après un cheminement particulièrement difficile qui m’emmenait dans un rond-point, j’ai décidé d’utiliser ma médiumnité et de la pratiquer pour aider les gens à s’éveiller à leur vraie essence, mais aussi à aider ceux qui vivent un deuil à le traverser. L’écriture de mon livre est arrivée en même temps que cet éveil.

Médium malgré moi, livre d'Isabelle Tremblay

Vous avez publié Médium malgré moi ! Découvrir et assumer ses dons de médiums : quel a été le moteur de l’écriture de cet ouvrage ?

J’avais commencé à organiser des ateliers et conférence, avec des gens du domaine, dans ma région pour aider les gens à se découvrir et à s’éveiller à ce qu’il y a, en eux, mais je trouvais que ce n’était pas assez. Mes guides me poussaient à écrire mon histoire pour aider ceux, qui comme moi, n’avaient pas eu de point de repère. C’est ainsi que Médium malgré moi ! est né. J’avais besoin qu’on puisse trouver un livre qui raconte mon histoire, mais qui apporte des réponses à des questionnements sur la médiumnité et les capacités que nous pouvons avoir. Je voulais offrir un outil que je n’avais pas réussi à trouver lors de mon éveil.

Au début du livre, vous nous faites part de vos difficultés à accepter vos dons de médium à cause de votre nature cartésienne. Comment avez-vous réussi à identifier vos facultés et à les assumer ?

C’est en faisant des recherches et en apprenant à me connaître que j’ai pu identifier mes capacités. Un seul médium a pu me dire que j’étais un canal, clairvoyante et aussi une passeuse d’âmes, mais sans m’expliquer en quoi ça consistait exactement. Je devais faire un travail sur moi avant d’entreprendre toute chose. J’ai aussi dû découvrir par moi-même en quoi consistait ce qu’elle m’avait dit. Ce fut alors le début d’une découverte sur moi et sur mes capacités. J’ai écouté mon cœur et j’ai arrêté d’écouter ce que les autres pouvaient me dire. Un médium m’avait dit que je les voyais, et je l’ai nié longtemps jusqu’au jour où j’ai compris comment fonctionnait l’écran mental et son rôle dans la clairvoyance. J’ai aussi travaillé ma clairaudience et ma télépathie, ces capacités à entendre les défunts et les êtres de lumière avec l’écriture inspirée. J’ai aussi continué d’être plus alerte à mes ressentis et aux maux qui ne m’appartenaient pas toujours. J’ai appris à être un canal et à faire confiance à ce qui montait en moi, sans tenter de rationaliser. Je n’ai jamais laissé la peur monter en moi.

Vous même avez consulté plusieurs spécialistes de la voyance. Cela vous a-t-il aidé à comprendre et admettre vos dons ?

Une seule personne m’a permis de comprendre. J’ai consulté des voyantes dans mon adolescence et dans le début de la vingtaine, mais j’ai très vite décroché. Même si elles avaient été bonnes avec des gens de mon entourage, pour moi, ce fut une déception totale. Aucune d’entre elles ne m’a parlé de mes dons et rien de ce qu’elles ont pu me dire n’est arrivé. Je les bloquais. J’ai perdu vite de l’intérêt. Puis, j’ai vu Lisa Williams à la télé, avec son émission « Dialogue avec les morts », puis j’ai su que la prochaine personne que je consulterais serait un médium, car la voyance ne m’apportait rien. Ce fut ma rencontre avec un médium clairaudient qui m’a permis de comprendre qui j’étais réellement et à comprendre les Malaises que je vivais à ce moment-là.

Pouvez-vous nous raconter le ou les moments déclencheurs où vous avez réalisé que vous étiez capable de percevoir certains phénomènes paranormaux ?

En 2008 lorsque j’ai acheté ma première maison. C’était en plein jour et j’étais montée au deuxième étage avec mon chien. Je passais devant la porte fermée d’un placard qui entreposait les trucs dont je ne me servais qu’une fois par année. Je devais tourner la poignée pour être capable d’ouvrir la porte. Je me suis rendue dans ma chambre et je me suis aperçue que mon chien ne me suivait plus. Je suis retournée sur mes pas et je l’ai retrouvée dans la pièce qui devait être fermée, en principe, et la porte grande ouverte. Des frissons m’ont transpercé le corps et j’ai ensuite passé près d’une demi-heure à tenter d’ouvrir la porte de toutes les manières possibles et à comprendre qui avait pu l’ouvrir, sans trouver d’explications. C’est à ce moment-là que j’ai commencé à être attentive à ce qui m’entourait et à être témoin de phénomènes paranormaux comme des lumières qui s’ouvrent et se ferment, des appareils électroniques se mettant en marchent tout seuls, des bruits de pas, même des appels téléphoniques étranges.

Que ressentez-vous lorsque que vous êtes témoin de ce genre de manifestations ?

Je n’ai jamais eu peur et cela ne m’a jamais empêchée de dormir. Même que cela m’amuse parfois, car pour moi, c’est du concret et cela vient confirmer souvent ce que je ressens, ce que j’entends ou ce que je peux voir. Depuis cette époque, j’ai appris à mettre des limites pour ne pas être envahi chez moi, car parfois ces entités peuvent être comme des enfants et tenter d’obtenir notre attention. J’aide parfois des gens qui sont aux prises avec ce genre de manifestations pour s’en libérer et aider les âmes errantes à trouver la paix.

Parlez-nous de votre capacité à communiquer avec les défunts.

J’entends, je vois et je ressens les défunts. Pour moi, c’est un privilège de pouvoir communiquer avec eux et de pouvoir transmettre souvent ce qu’ils n’étaient pas capables de dire de leur vivant. Leurs expériences de vie, ce qu’ils ont à dire est souvent rempli d’enseignements, mais aussi d’expériences qu’ils ont vécues. Ma clairaudience facilite aussi mon travail de passeurs d’âmes, car je peux dialoguer avec eux et les aider parfois à élever leurs vibrations pour qu’ils puissent atteindre leur lumière divine. Une âme dans la lumière ne portera plus sa souffrance, tandis qu’une âme toujours errante, portera encore la sienne.

Pensez-vous que nous pouvons tous développer ce genre de dons ?

Tout dépend des choix faits avant l’incarnation. Nous avons tous une capacité plus ou moins développée. Certaines personnes passeront leur vie sans le savoir, d’autres les développeront dans un but purement personnel. Je crois qu’il est possible de développer ce qui est déjà en nous, mais si ce n’est pas dans notre ligne de vie, les efforts que nous ferons ne mèneront à rien.

Qu’est-ce qui vous a poussé à exercer la voyance de manière professionnelle ?

La vie. La volonté de faire une différence dans le monde, mais surtout, celle d’offrir la possibilité à d’autres de profiter de tout le potentiel qu’ils possèdent en eux. J’ai choisi d’offrir des consultations en médiumnité pour aider les gens dans le ici et maintenant, car c’est cela qui leur permettra de bâtir un futur à leur image. Je vois trop souvent des gens ne pas comprendre pourquoi ce que deux ou trois voyantes leur a prédit n’arrivent pas, alors que ce sont eux qui sont l’artisan de leur futur. Et puis, être un pont entre deux mondes, c’est offrir la possibilité de communiquer avec des gens disparus, ce qui n’est pas possible pour tout le monde de faire.

Travaillez-vous actuellement sur de nouveaux projets ?

Mon deuxième livre sortira en janvier au Canada et en avril pour l’Europe. Le titre est : Passeur d’âmes. Je continue l’écriture, car elle a une grande place dans ma vie et j’ai quelques projets de livre. Je travaille en ce moment sur des formations et des conférences en lien avec mes deux livres pour le printemps. Je travaille aussi sur une formation en ligne qui pourra aider les gens à découvrir et développer leurs capacités.