Interview du médium Pierre Yonas

Écrit par Julien Jude, le .

La médiumnité s'est imposée à Pierre Yonas sous une forme particulière. Très jeune enfant, il manifeste des facultés de magnétiseur et guérisseur. Ce médium, coach sportif et en entreprise mais aussi conférencier répond avec une générosité naturelle à nos questions et nous parle de son livre, Le défroisseur d’âmes.

Pierre Yonas, médium et guérisseur

Pour commencer cette interview, pouvez-vous nous parler de la découverte de vos facultés, comment avez-vous compris que vous aviez des capacités particulières ?

En parcourant ma mémoire et du plus loin que je me souvienne de ma petite enfance, mes terreurs nocturnes, les visites ininterrompues d’esprits, de formes plus ou moins étouffantes et oppressantes ont je crois toujours fait partis de mon existence.

La découverte de mes aptitudes extra-sensorielles ou plutôt ma prise de conscience s’est réellement avérée vers l’âge de sept ans. À cette époque, par instinct de préservation, je vivais ma médiumnité de manière intimiste afin d’être un petit garçon comme les autres… C’était je dois l’avouer, mal connaître le monde de l’au-delà et de ces habitants qui eux, ne cessaient pas de me faire des signes et d’imposer leurs présences.

Pour répondre à votre question de savoir comment j’ai compris que j’avais des capacités particulières, c’est à travers divers événements vécus que cette différence s’est inscrite dans ma prise de conscience. Des événements tel que : être le seul à voir une petite fille sur un cheval et qui à chaque pas vers moi devenait de plus en plus transparente, jusqu’à disparaître et de continuer d’apercevoir le cheval qui lui était bien réel puisque tout comme moi les personnes présentes le voyaient aussi… C’est avec la répétition de ce genres d’expériences que j’ai fini par comprendre que je voyais, ressentais et entendais des choses que mes copains ne percevaient pas.

Comment avez-vous accepté votre différence avec les autres et quelle a été l’implication de votre entourage, vous a-t-il aidé ?

Concernant « l’acceptation » de mes capacités, il apparaît clairement qu’il m’a fallu d’abord subir pendant de longues années cette « différence » avant de comprendre que je devais l’accepter afin de me permettre de gérer mes aptitudes extra-sensorielles, pour enfin vivre une vie « normale ».

À cette époque, les personnes de mon entourage, étaient très terre-à-terre et ne connaissaient rien de la survivance d’une âme et encore moins du monde paranormal. J’étais donc seul avec mes préoccupations mystico-existentielles, sans aucun repère sur le sujet puisque moi-même je ne pouvais pas y mettre de mots pour identifier les phénomènes que je subissais.

Pensez-vous que vos capacités ont été un handicap dans votre vie ou à l’inverse vous ont-elles sauvé d’une existence compliquée ?

J’ai jusque l’âge de 23 ans pensé que mes capacités étaient tantôt, une malédiction, tantôt une bénédiction… Subir les visites d’esprits plus ou moins bons et avoir la frustration d’avoir le fort sentiment d’être totalement impuissant devant de tels phénomènes était pour moi une malédiction.

À contrario, permettre à certaines personnes de mon entourage d’avoir des nouvelles sous formes de messages par mon intermédiaire et voir leurs visages tristes se transformer en visages apaisés, était pour moi, une vraie bénédiction. Surtout qu’un amour incommensurable me remplissait pendant les contacts d’avec leurs chers disparus.

Je ne crois pas que mes capacités m’ont sauvé d’une vie compliquée puisque ma vie n’a pas été très simple. Cependant, je crois réellement que mes aptitudes m’ont permis des rencontres de l’ordre subtil et qu’à travers elles, j’ai peut-être développé une forme de compréhension sur des valeurs telles que : le pardon, l’amour de l’autre, vivre le moment présent etc.

À quoi fait référence le titre de votre livre : Le défroisseur d’âmes ?


Le titre de mon ouvrage, fait référence à une image précise que j’ai d’une âme qui souffre qu’elle soit incarnée ou désincarnée. La souffrance qu’elle soit physique ou psychologique, tort et froisse l’âme ainsi que les corps, faisant apparaître des rictus plus ou moins révélateurs sur notre aptitude à la supporter. Lorsque que la guérison intervient, l’âme se défroisse en ayant un impact immédiat sur notre corps physique ou subtil : la paix, le bien-être s’est installé.

J’ai vraiment voulu en écrivant le livre Le défroisseur d’âmes créer un médicament pour apaiser ou guérir les personnes qui le liront. Un médium, est avant tout, un guérisseur de l’âme.

Avant de publier cet ouvrage, vous avez écrit deux livres assez similaires racontant votre parcours, votre enfance difficile et vos expériences. En quoi ce nouveau livre est-il différent des deux premiers ?

Entre mes deux premiers ouvrages et mon dernier livre, il y a 17 ans d’expériences et de recherches, à travers les rencontres, les tests scientifiques plus ou moins poussés et surtout une vraie recherche intérieure qui m’a poussé à vouloir comprendre le moindre rouage de la médiumnité.

Evidemment, je ne suis qu’au début de cette compréhension et j’ai encore beaucoup de choses à apprendre des êtres lumineux qui vivent dans un univers parallèle au notre. Il m’est donc apparu évident de permettre aux gens d’avoir accès à ma vision du monde subtil, de les informer, que l’âme survie à la mort du corps physique, que l’amour surpasse toutes les frontières du monde terrestre, de donner des clés pour permettre aux personnes de gérer leur propre capacité et surtout de prévenir des risques de certaines pratiques.

Qu’est-ce que le « monde subtil » ?

Recevoir des messages d’un autre univers que le nôtre reste très souvent une aptitude bien subtile qui est enclenchée par notre hypersensibilité.

C’est donc tout naturellement que je nomme « Le monde subtil » le lieu parallèle au notre. Dans cette dimension, il y a d’un côté, l’univers divin où vivent les êtres lumineux, les anges gardiens, les guides, nos proches défunts et dans un autre monde subtil plus sombre, les âmes sombres, les anges déchus et le mal.

Comment se passe la connexion avec ce monde invisible, que ressentez-vous quand vous prenez contact avec des entités telles que des anges gardiens ou des êtres de lumière ?

Il faut absolument comprendre que l’on n’appelle pas les défunts mais que ce sont eux qui rentrent en contact avec les médiums. Les êtres célestes gèrent la communication, et les médiums la retranscription de la réception des messages de l’au-delà. Un contact avec un défunt est une rencontre merveilleuse, bouleversante et pleine d’amour, tant pour le médium que le consultant.

Pendant la connexion, chaque particule de mon corps physique, de mes corps subtils, de mon âme se transcende pour créer un habitacle radio que gère mon esprit servant d’antenne. Le moindre ressenti, qu’il soit physique ou émotionnel, la plus petite image, les moindres mots, la plus furtive odeur ressentie ou les évidences qui me traversent, sont les divers formes d’outils dont se servent les êtres vivants dans l’univers subtil pour transmettre leurs messages aux personnes terrestres.

Vous croyez en la réincarnation, pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet ?

Pour croire en la réincarnation, il faut avoir une foi inébranlable en la survivance de l’âme. L’âme survit à la mort du corps physique. J’évolue dans l’univers ésotérique depuis ma plus tendre enfance de manière inconsciente et par la suite consciente. Mes dialogues avec les défunts, les êtres lumineux ou l’âme des animaux, m’ont permis de comprendre et de vivre le déroulement d’une incarnation, puis, toucher du doigt celle de la réincarnation.

J’ai moi-même vécu de manière très claire plusieurs épisodes de réminiscences de vie sous forme de flash où visuellement, j’étais passé de téléspectateur à acteur. Pour cela, il faut être en état de conscience modifié tout comme nous le sommes dans la réception des messages venant de l’au-delà. J’ai la certitude que nous nous réincarnons plusieurs fois et que ce choix nous appartient.

Nous avons de nos jours beaucoup de témoignages de par le monde de gens qui affirment avoir vécu à d’autres époques. Les preuves concrètes ne cessent de tomber, permettant de confirmer que certains d’entre eux ont effectivement réellement été quelqu’un d’autre dans une autre vie, à une autre époque et dans un autre corps. Seules l’âme et la mémoire de ses vies subsistent après chaque décès.

Dans mon livre Le Défroisseur d’Âmes, je fais référence à la manière que les bouddhistes ont pour choisir leur chef spirituel et cela depuis toujours.

Quelle est votre conception de la vie après la mort ?

Passée l’étape de la mort physique, passée l’étape intimiste du chemin vers la lumière, l’âme est accueillie de l’autre côté du voile par ses proches disparus avant lui ; c’est le moment des retrouvailles. Celles-ci, apaisent le nouvel arrivant et confortent ou rassurent celles et ceux qui peuvent être surpris par la survivance de l’âme et de leur conscience.

La première chose que le défunt fait, c’est de se rapprocher du terrestre pour aider les siens à porter leur chagrin de sa récente disparition. Ensuite, il tentera de rentrer en contact avec les siens pour leur dire qu’il est encore vivant et qu’il se sont juste perdus de vue.

Par la suite, il deviendra un habitant du monde lumineux à part entière et pourra s’il le désire, choisir une mission telle que : ange gardien, guide, gardien des portes de l’invisible ou bien encore se réincarner afin d’expérimenter sous une forme de vie ou une autre et de se permettre d’évoluer encore. L’âme, cet éternel corps céleste, vit toujours des aventures extraordinaires.

En plus de votre « don » naturel de médium, vous êtes connu pour vos capacités étonnantes de magnétiseur et guérisseur, pouvez nous nous décrire ce qu’il se passe quand vous manipulez une personne ou un animal afin d’apaiser ses douleurs ?

Depuis l’enfance, j’ai la chance de pouvoir tenter de soulager les gens, les animaux, les plantes et toutes les formes de vies qui peuvent recevoir cet acte d’amour à travers le magnétisme et les formules de guérisseur.  Le magnétisme animal que nous avons tous en nous permet d’avoir un impact curatif sur certaines pathologies. Le but d’un magnétiseur ou d’un guérisseur c’est avant tout de rééquilibrer les corps subtils et le corps physique pour diminuer, voir éliminer les douleurs permettant de soulager.

Selon vous, le magnétisme n’est pas un don mais une faculté que l’on a tous à la naissance. Comment se fait-il que certaines personnes en ont conscience dès l’enfance ? Comment développer ces capacités ?

Depuis la nuit des temps, nous cherchons tous par amour de faire du bien à nos proches. J’ai l’impression, que certaines personnes naissent avec une mémoire, des outils et au départ une aptitude en eux à aimer avec une telle force leur prochain que leurs énergies se déclenchent très tôt pendant l’enfance. La foi qui comporte la particule de la confiance permet d’évoluer plus facilement dans le monde du bien-être.

C’est l’environnement (le pays, la culture, la profession et l’encodage que nos parents nous transmettent pendant notre éducation) qui retarde ou accélère le processus et la conscientisation que nous avons la possibilité de faire du bien aux autres. J’ai également remarqué à mes dépens que la souffrance ouvre également les portes cachées de nos multiples possibilités à faire le bien autour de nous. Ensuite pendant notre vie, nous aiguisons et découvrons nos outils qui s’adapterons à notre méthode de travail dans le bien-être.

Portez-vous un intérêt pour d’autres domaines ésotériques ? A quelle forme de spiritualité vous rattachez-vous ?

J’aime comprendre l’ésotérisme quel qu’en soit sa forme. Tous les domaines m’intéressent mais bien évidemment, je ne suis pas un spécialiste dans tous les secteurs ésotériques. Ma foi en l’énergie du divin grandit à chaque instant. Je ne suis pas le genre de personne à étaler une forme de spiritualité quelconque mais j’ai la certitude que la plus grande des spiritualités c’est d’être un être humain à part entière. Un être humain dont la grande force est la simplicité. Un humain, pourvu d’amour pour chaque vie, d’une tolérance des différences, sans jugement, paisible en lui quoi qu’il arrive. Un humain sachant pardonner et se pardonner. Tout simplement un humain.

Travaillez-vous déjà sur de nouveaux projets ?

Je vais laisser vivre Le Défroisseur d’Âmes pendant quelques temps avant de travailler sur un autre ouvrage même si j’ai déjà chapitré le prochain livre. Également, avec un partenaire (producteur), nous développons une chaîne de TV qui arrive pratiquement à son aboutissement et verra le jour prochainement. Ensemble, nous travaillons également sur le développement de concepts télévisés.

Je continue mes formations et séminaires pour permettre aux gens de faire du bien aux autres personnes ou aux animaux, etc. Je continue également mes ateliers sur la médiumnité afin de transmettre mon expérience à celles et ceux qui veulent comprendre et gérer leurs aptitudes naturelles d’ordres extra-sensorielles. Pour finir, je reprends avec mes conférences tant sur la médiumnité que sur le magnétisme.

Pierre Yonas, merci d’avoir accepté l’invitation de Pur-Medium.com et d’avoir voulu répondre à toutes nos questions. Nous souhaitons à votre livre un grand succès, ainsi qu’à tous vos projets.