Mlle Lenormand : une voyante exceptionnelle

Écrit par Julien Jude, le .

Née dans un contexte historique lourd et plein de changements, l’illustre cartomancienne française a marqué son temps par ses prédictions et ses troublantes révélations. Elle a rencontré de nombreuses personnalités et hauts dirigeants qui la consultaient pour connaître leur destin.

Portrait représentant Mlle Lenormand

Mademoiselle Lenormand est sans doute l’une des voyantes les plus réputées de son siècle, et bien au-delà, car elle est encore mentionnée de nos jours. Royaliste affirmée, elle a toujours défendu ses convictions et celles de ses semblables.

Découvrons cette prophétesse hors du commun, et son art divinatoire qui l’a révélé au monde.

BIOGRAPHIE ET HISTOIRE D’UNE CARTOMANCIENNE CÉLÈBRE

Mlle Lenormand, abréviation de Marie-Anne Adélaïde Lenormand a vu le jour à l’aube de la Révolution française le 27 mai 1772 dans la petite commune d’Alençon.

Fille d’un marchand drapier, elle devient rapidement orpheline et rejoint l’Abbaye royale des dames bénédictines. Elle y reçoit une éducation religieuse et manifeste très jeune (dès l’âge de 7 ans) un don avéré pour la divination. Tirant les cartes, elle commence à prédire l’avenir à ses camarades ainsi qu’aux sœurs de l’établissement.

Sa première vision lui permet d’annoncer la destitution de leur mère supérieure en faveur d’une dame de Livardie. Dix-huit mois plus tard, la prophétie s’accomplit puisque le Roi valida cette nouvelle nomination. Cela lui valut une reconnaissance grandissante de son talent mais aussi le renvoi de l’abbaye.

Demeurant alors au couvent de la Visitation, la jeune fille curieuse et vive d’esprit devient vite très cultivée. Véritable femme de lettres, elle maîtrise le latin, s’intéresse aux langues mais aussi à la musique, à la peinture, au théâtre… Fascinée également par les arts divinatoires et l’ésotérisme, elle se passionne pour l’astrologie, la numérologie, la géomancie, la cafédomancie ou encore la molybdomancie.

Aux portes de la Révolution, elle travaille comme couturière puis rêvant de s’installer dans la capitale, elle y trouve un emploi chez un marchand de tissu et sa rencontre avec le noble Armevalle de la Saussote lui fait accéder au rang de
« lectrice ». Celui-ci connaîtra un triste sort puisqu’il fut arrêté et guillotiné en 1793 lors de la « Grande Terreur ».

Après un bref passage à Londres en 1790, elle revient à Paris et ouvre son propre cabinet de voyance au 5 de la rue Tournon. On pouvait voir écrit au dessus de sa porte : « Mademoiselle Lenormand, libraire », pancarte destinée à masquer cette activité peu reconnue et appréciée à l’époque.

La devineresse parisienne et ses prédictions commencent à attirer les clients qui se succèdent alors dans son cabinet. Bientôt, le Tout-Paris se bouscule pour la rencontrer. Les consultants, notamment les femmes affluent pour entendre les révélations de cette diseuse de bonne aventure talentueuse qui lit l’avenir dans les tarots et le marc de café.

Elle y côtoie des gens influents tels que le peintre David, l’acteur français Talma, et des politiciens de la cour française, principaux acteurs de la Révolution. Marat, Robespierre, Saint Just, Danton en font partie. Elle conseilla également Fouché, préfet de police avec qui elle monte un réseau d’espions et devient, avec lui, la personne la mieux informée de Paris. La romancière et philosophe Madame de Staël comptera aussi parmi ses fréquentations.

Sa renommée va encore s’accroître quand elle devient la confidente de la comtesse Joséphine de Beauharnais qui fut la première femme de Napoléon 1er entre 1796 et 1809. Ce dernier ne manqua pas de la consulter aussi.

Malgré ses relations haut placées qui assurent sa protection, elle fait plusieurs passages en prison à cause de ses prédictions. Elle est accusée d’espionnage et de trahison et elle échappe à la peine capitale en 1821 à Bruxelles.

Bien qu’elle ait prédit sa propre mort à l’âge de 124 ans, « La Sibylle de Saint Germain » s’éteint à 73 ans, le 23 juin 1843. Elle laisse derrière elle de nombreux ouvrages dont : Oracles sibyllins (1817) ou Mémoires historiques et secrets de l’impératrice Joséphine (1820).

LES TAROTS DE MADEMOISELLE LENORMAND

Grâce à Mlle Lenormand, la voyance a hérité de deux tarots dont l’un connait une certaine réputation dans ce milieu : le Petit Lenormand.

Ce dernier se compose de 36 cartes comprenant une illustration symbolique et un petit texte se rapportant à chaque image. On y retrouve les quatre couleurs classiques d’un jeu de carte : le trèfle, le cœur, le carreau et le pique et les chiffres allant du six à l’as. Les symboles et citations présentes sur chaque carte seront d’une grande aide pour en faire les interprétations.

Le tirage pourra s’effectuer selon quatre méthodes : en ligne, en triangle, en colonnes ou le traditionnel tirage en croix. On utilisera ce tarot pour répondre à des questions de nature professionnelle, amoureuse, matérielle ou tout autre domaine.

Le Grand Lenormand compte dans son jeu 54 cartes.

LES PRÉDICTIONS DE LA PROPHÉTESSE

Parmi les prédictions les plus connues de Mlle Lenormand, on peut citer :

  • Le changement constitutionnel du clergé et la fermeture des couvents en 1789.
  • La mort de louis XVI.
  • La mort violente de Robespierre, Marat et Saint Just.
  • La chute de Napoléeon en 1808, suivi de son exil sur l’ile Saint Hélène.
  • Sa propre mort à plus de 100 ans.

Mlle Lenormand, cartomancienne, nécromancienne et voyante réputée a connu une vie et un destin des plus mouvementés. Elle a légué à l’univers de la voyance des écrits relatant ses rencontres et prédictions ainsi que les célèbres tarots qui portent son nom.