L’oniromancie : prédire l’avenir par l’interprétation des rêves

Par Julien JudePublié le 3 mai 2018 dans Voyance en ligne dreamcatcher ou attrape-rêves

L’oniromancie, en tant que technique d’interprétation des songes à des fins de prédictions du futur, fut pratiquée autant en Occident, et notamment chez les Grecs, qu’en Orient, avec les Égyptiens. Cet art divinatoire, qui était exécuté autrefois en fonction de rites bien précis, servait à lire l’avenir en déchiffrant les rêves de la personne qui se prêtait à l’exercice.

De nos jours encore, on attache une grande importance au pouvoir des rêves, à leur capacité à nous révéler notre futur, et de nombreux ouvrages traitent de cette pratique, extrêmement codifiée.

Étymologie et définition

Le mot oniromancie nous vient du grec ancien et se compose des mots « oneiros », qui signifie rêve et « manteia », qui sert à former l’idée de divination.

Dans la culture populaire (et surtout en Occident), le rêve est avant tout perçu comme un exutoire, un moyen de se libérer des difficultés rencontrées au quotidien. L’apport de la psychanalyse en fait un pur produit de notre inconscient, prétendument capable de nous aider à exorciser nos craintes, nos doutes, grâce aux images délirantes produites par le cerveau au cours de notre sommeil.

Mon approche est différente : en tant que médium, j’affirme qu’il permet également, si l’on est attentif, de nous délivrer un message plus ou moins précis et de nous guider en répondant à nos questions, et qu’il peut même nous faire entrevoir l’avenir. On parlera alors ici de rêve prémonitoire.

L’oniromancie (ou oneiromancie) est un art divinatoire qui se base sur la symbolique des rêves. Que ces derniers soient abstraits, ou qu’ils nous apportent un message explicite, on ne peut les comprendre que si l’on connaît leur valeur profonde : le sens caché qu’ils contiennent.

L’oniromancien, prêtre divinateur spécialisé dans l’étude des rêves, était ainsi capable de les décrypter en les analysant précisément.

Comment interpréter les rêves

Tous les rêves sont riches en informations et comportent de nombreux éléments qu’il faudra prendre en compte lors de leur interprétation.

Pour pratiquer l’oniromancie il est nécessaire de maîtriser plusieurs règles de base. Tout d’abord, il faut évaluer la fréquence d’apparition d’une image ainsi que sa durée dans les rêves. On s’attachera également à l’importance du ressentiment que l’on a de cette image au sortir du songe. Il existe en effet des degrés de gravité qui se forgent dans l’esprit d’un individu. Ce dernier peut être horrifié, juste apeuré ou au contraire il peut rester totalement indifférent aux images qu’il aura gardé en mémoire.

  • Si l’on prend l’exemple concret du hibou, animal nocturne qui a une symbolique sombre, celui-ci sera associé à un enterrement.
  • S’il apparait souvent et longtemps dans le rêve et que le sujet garde une sensation de peur intense au réveil cela prédit l’enterrement d’un proche.
  • Si la peur est modérée, ce sera celui d’une connaissance. Enfin s’il n’y a aucune crainte, il assistera à un enterrement.

Il faut ensuite, comme le faisaient les anciens, pouvoir dater l’échéance du rêve.

Lorsque que l’on rêve d’un animal (comme par exemple le lapin), son temps de gestation correspondra au temps nécessaire à la réalisation du présage. Dans ce cas précis la durée est de 30 jours. Si le rêve porte sur un végétal, on utilisera son temps de pousse pour estimer l’échéance à laquelle la prédiction adviendra.

Un autre facteur important consiste à interpréter le rêve en se basant sur l’inversion de son sens. Dans certains cas, rêver d’une chose nous apportera son contraire dans le futur ! La richesse dans un rêve nous amène à la perte de revenus ou pire à la pauvreté. La mort est alors un signe de renaissance.

Enfin on devra différencier les éléments favorables ou défavorables. Tout ce qui a un lien avec la nature sera considéré comme bienfaisant et le présage qui en découle sera donc favorable. A l’inverse tout ce qui fera référence a quelque chose de monstrueux sera à interpréter comme un mauvais présage.

Il existe bien d’autres éléments qui pourront être mis en évidence, tels que les couleurs (qui indiquent, quand elles sont claires, un présage favorable, et défavorable quand elles sont sombres), mais aussi les chiffres, les pierres, et une infinité d’autres éléments…

Dans les temps anciens, en Grèce comme en Égypte, des temples étaient dédiés à la pratique de l’oniromancie et les volontaires devaient s’adonner à toutes sortes de rituels pour permettre aux magiciens et prêtres de lire dans leurs rêves (régimes alimentaires précis, ablutions, utilisations d’huiles et onguents ou encore prières destinées aux dieux). Comme pour d’autres pratiques divinatoires, on pensait alors que les rêves représentaient un message transmis par les dieux.

Que l’on maîtrise toutes les subtilités de cet art ou que l’on soit juste curieux de comprendre les secrets que renferment nos songes, il est certain que le monde onirique qui s’offre à nous restera toujours sujets d’interrogation et de fascination.